Au pays des wadi

Du 07 au 25 mars 2014


Afficher 50_Oman sur une carte plus grande

Ca y est, nous y voilà !
Après presque un mois d'arrêt, nous reprenons la route. Nous allons retrouver les grands espaces qui nous ont tant manqués en Asie. Nous allons aussi découvrir un pays à l'accueil et à la gentillesse des gens incroyables.

Et pour se mettre en jambe, quoi de mieux qu'un ….. ensablement ???

A peine passé la frontière, il est temps de s'arrêter pour la nuit. Nous traversons déjà une zone de désert et c'est beaucoup trop tentant !!
On s'approche …… un peu …… encore un peu plus …… encore un petit peu ..… encore quelques mètres …... de trop !!!! Oups !!!!
Et voilà malgré les recommandations de prudence d'Isa, ça loupe pas, nous voilà bel et bien ensablés !!
Je vous passe le savon que j'ai pris !!!!


Mais rien de tel pour prendre la mesure de la sympathie des Omanais, au bout de quelques minutes un 4x4 déboule d'on ne sais où. On ressort donc les plaques de désensablement et la sangle de traction qui se lamentaient dans la soute depuis l'Amérique du sud. Il lui faudra tout de même ¾ heure pour nous sortir de là !





Cela dit au réveil le paysage est superbe entre désert et toundra, avec en cadeau bonus la visite d'un curieux quadrupède, l'emblème de toute une région ….. le dromadaire !


Nous serions bien restés 3 jours, mais l'envie de partir à la découverte de ce pays est trop forte. Nous prenons donc la route du wadi Dam.

En chemin nous observons de bien curieuses formations en haut d'une colline. Il s'agit en fait de 21 tombes datant tout de même de plus de 5000 ans !!


Si Oman est le pays des wadi, il est aussi celui des forts. Il y en a des centaines, des petits, des gros, des ruinés, mais surtout des superbement restaurés.


Le château de Jabrin, construit en 1670 sera finalement celui qui nous aura le plus plu. Cachettes et passages secrets, cachots, pièges à assaillants et salons pour les invités ….. on s'y croit !
Une chouette visite où tout le monde s'y est vu. Les enfants se sont transformés en chevaliers orientaux tandis qu'Isa aurait bien acquis la demeure pour en faire des chambres d'hôtes !!!!


A 2 pas de là, trône le Fort de Bahla, nouvellement restauré, on le trouvera un peu trop "neuf" à notre gout !
Mais il a quand même fière allure sur son éperon rocheux !


Après l'épisode forteresse, nous partons vers l'oasis de montagne de Misfat. Nous y trouvons enfin un peu de verdure et d'ombre et découvrons une particularité du sultanat d'Oman : les Falaj. Ces petits canaux permettant à l'eau d'être acheminée jusqu'aux villages pour être utilisée par ordre d'importance. D'abord la consommation, puis à la mosquée pour les ablutions, la toilette et les tâches ménagères, et s'il en reste, à l'arrosage des plantations.


Mais ne traînons pas, nous devons être vendredi à Nizwa, jour du marché à bestiaux.
Pour une fois on se lève tôt, c'est le matin que tout se passe !

On découvre une place circulaire où les acheteurs semblent être assis au centre, les vendeurs tournant autour avec leurs animaux, essentiellement des chèvres. L'ambiance est tendue, électrique, les vendeurs passent et repassent devant les acheteurs jusqu’à s'accorder sur un prix.


Etonnement on y voit des femmes, jusqu'ici peu présentes, elles sont là, et négocient !!
Certes elles sont là, mais presque invisible, caché derrière leur burqa.

A 10 heures, il y a maintenant plus de touristes que de chèvres, il est temps pour nous de quitter les lieux !

Les touristes, parlons-en justement, quelle surprise de rencontrer autant de compatriotes voyageur !
On ne s'y attendait vraiment pas, mais apparemment la destination devient de plus en plus à la mode.

Alors si les troupeaux (de touristes, pas de bestiaux) de Nizwa ne nous ont pas tellement plu, certaines rencontres furent bien agréable.
Ma mémoire des noms me faisant partiellement défaut et pour ne vexé personne, voici juste quelques photos d'agréables moments partagés !!
Apéro ou repas, c'est toujours un plaisir, et pour nous il faut bien l'avouer un semblant de retour à une vie sociale !!

Nous partons ensuite dans un coin un peu reculé, où quelques kilomètres de pistes et de somptueux paysages nous attendent, mais la suite ne se passera pas exactement comme prévu !!

Une fois l'asphalte quitté, nous attaquons les premiers km de piste. Se faisant un peu tard, on stoppe pour la nuit. On se gare dans le wadi, à une centaine de mètres quand même du cours d'eau. Le panorama est enchanteur, encore un bien bel endroit !

Mais en début de soirée 2 jeunes viennent nous voir, c'est sans doute eux qui parlant le mieux l'anglais du village ont été mandatés pour nous parler. Avec leurs 2 mots d'anglais ils nous expliquent que dormir dans un wadi peut être dangereux surtout s'il se met à pleuvoir, et justement des orages sont prévus pour cette nuit. Ils nous conseillent donc fortement de se déplacer si la pluie arrive …..
A 21 h00, sans prévenir un déluge nous tombe sur la tête, nous décidons donc de se mettre sous la protection d'Alla en allant se garer un peu plus haut le long ….. de la mosquée !!

Après une nuit comme on n'en a même pas connue sous la mousson Thaïlandaise, on part en reconnaissance, et ….. oh stupeur ….. le chemin d'accès a disparu, un torrent en a pris la place !!!



Après quelques parties de foot endiablées pour attendre que la piste sèche un peu, nous reprenons la route quelques peu inquiets par ce que nous allons trouver ….
Au bout de 7 km, impossible d'aller plus loin, la piste est devenue impraticable, nous devons donc faire demi-tour !

De retour à la mosquée, on constate que la route est elle aussi coupée, nous voilà fait comme des rats !!
Il nous faut attendre 1 ou 2 jours que la route soit remise en état ….. nous dit-on !!!

Apparemment on a pris un orage comme il en tombe 2 ou 3 par an, les gens du coin ont l'air habitué, nous patientons donc en leur compagnie.



C'est ainsi que nous rencontrons Sim, c'est lui qui nous aidera le lendemain à nous tirer d'affaire.

Il faut traverser le wadi, mais il est encore plein d'eau et de cailloux, le tout est bien mou …. à notre arrivée un pick up est déjà pris au piège. On l'aidera à se sortir de là, avant de tenter notre chance. Il n'y a qu'une 20ene de mettre à passer ….. je prends un peu de vitesse ….. à fond même …….. mais je me tanque lamentablement au bout de ……….. 2m !!!!

Sim tentera bien de me sortir de là, mais malheureusement son 4x4 manque de puissance !
Il nous faudra finalement toute la puissance d'un ………… tractopelle !!!!


Plus que quelques kilomètres à parcourir, encore pas mal d'eau, mais on s'en sortira tout seul cette fois ci, mais tout juste !

La route nous mène ensuite au joli village fortifié d'Al Mudayrib.


Nous sommes aux portes du désert. On ne traîne pas, l'envie est trop forte de se frotter au sable chaud ….. mais pas de trop près quand même hein Complice !!!!
Et effectivement il sera chaud, brulant même !!
Les filles rebroussent chemin, et seuls les garçons arriveront en haut de la plus grande dune !


On réitérera l'expérience le lendemain matin, à la fraiche ….. y'a pas à dire le désert, c'est magique !!

 

Entre 2 dunes, on trouve du bois mort, l'idée nous vient immédiatement d'y revenir pour le coucher du soleil, et pour y faire un grand feu.

 

On retourne donc au village pour attendre tranquillement la fin des heures chaudes. Mais une partie de rugby endiablée avec les gosses du village nous fera rater le coucher du soleil !!!!
Faut dire que c'est la première fois qu'ils voyaient un ballon de cette forme, ils ne voulaient plus le lâcher !! Si Oman deviens une grande nation du rugby ……. vous saurez pourquoi !!


Nous arrivons donc de nuit dans le désert, guidés à la lampe de poche, nous aurons un peu de mal à retrouver notre repère, rien ne ressemblant plus à une dune …. qu'une autre dune !! …. alors de nuit ……. !



Rassasiés de sable chaud, nous prenons la direction du wadi Bani Khalid, donné pour être l'un des joyaux du pays. Dans ces gorges, on peut se baigner, mais les "piscines" s'avèrent être assez petites, et la couleur moins belle qu'à l'ordinaire à cause des orages de ces derniers jours.
Le tout est trop "organisé", et du coup il y a trop de monde, on quitte les lieux un peu déçu.

Après tous ces paysages désertiques, c'est l'air du grand large dont nous avons maintenant envie, direction la ville de Sur.

 
En chemin nous visitons le très beau fort de Bani Bu Hassan, non non, on ne s'en lasse pas !! En dehors des circuits touristiques, nous serons seuls pour la visite, c'est quand même bien plus agréable !



La ville de Sur est plutôt jolie avec ses tours fortifiées, sa rade et ses maisons blanches. Mais elle est surtout connue pour ses chantiers navals. C'est ici que l'on construit les boutres, ces bateaux traditionnels Omanais. Il s'en construit encore 1 ou 2 par an, mais la main d'œuvre est maintenant Indienne ou pakistanaise, les temps changent ici aussi !



Pour la dernière étape de ce premier chapitre, nous finissons à la "white beach", mais le ciel est bien gris et le blanc pas si blanc !

Les orages sont de nouveau annoncés, et l'expérience passée nous pousse à quitter les lieux avant de se faire prendre au piège. Nous filons donc directement à Muscat la capitale.

Fin du premier chapitre qui nous a franchement emballés. Voilà un pays ou les paysage sont sublimes et les gens simplement adorables. Le chapitre suivant sera tout aussi riche en rencontres, en émotions et en wadi, mais ça …… c'est une autre histoire !
 

Commentaires   

 
0 # Marraine Olivia 12-05-2014 19:54
Super, vous revoilà dans les grands paysages chargés d'émotion, on en a plein les yeux.... Des bisous.
Répondre
 
 
0 # Marion 12-05-2014 21:07
ça nous manquait vos aventures !
étonnant comme les paysages sont variés et les rencontres toujours salvatrice s ! de grosses bises à vous 4 !
Répondre
 
 
0 # Marion 12-05-2014 21:17
et puis.... moi je ne voudrais pas habiter dans le désert mais j'aurai bien aimé marcher sur la créte de la dune avec mon fillou, je trouve ça aussi unique comme expérience ! (sans poubelle ;-))
Répondre
 
 
0 # Marie li 15-05-2014 18:41
:D Génial dans le désert ! Gros bisous
Répondre
 
 
0 # Régis 21-05-2014 21:38
Très beau (comme toujours), je vous rejoindrai s bien ... en moto ... non peut-être dans une autre tranche de vie ...va savoir !
Continuez à bien profiter et merci de nous faire partager ces récits et images splendides
Biz à vous
Répondre
 
 
0 # FRANCK 23-05-2014 10:00
Hello la 8!
Merci pour ce formidable reportage, on adore !
On vous embrasse !
Répondre
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir